EnglishՀայերենРусский

Interviews, articles et commentaires

Résumé du Ministre des Affaires Etrangères Edward Nalbandian sur les rendez-vous tenus à Saint Petersbourg

20.06.2016

Nous sommes reconnaissants envers la Fédération de Russie d’avoir organisé la rencontre entre les Présidents de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan à Saint Petersbourg. Cette rencontre était la poursuite logique du Sommet de Vienne du 16 mai, au cours duquel des accords importants visant à créer les conditions appropriées à la reprise du processus de négociation ont été conclus. Comme vous le savez, une déclaration a été adoptée à Vienne au niveau des ministres des pays co-présidents du groupe de Minsk de l’OSCE, reflétant les accords et les engagements entrepris par les parties : avant toute chose, la résolution exclusivement pacifique de la question et le maintien des accords trilatéraux de cessez-le-feu de 1994-1995 qui n’a aucune limite dans le temps. L’importance de ces accords trilatéraux a été particulièrement soulignée par les ministres des pays co-présidents du groupe de Minsk. Des accords ont été également convenus concernant la création d’un mécanisme d’enquête pour empêcher les violations du cessez-le-feu à la fois tout au long de la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan et sur la ligne de contact entre le Haut-Karabakh et l’Azerbaïdjan, mais aussi conernant l'expansion de l'équipe des représentants personnels du président en exercice de l’OSCE.

Comme vous le savez, les Ministres des Affaires Etrangères d’Arménie et d’Azerbaïdjan ont eu des entretiens séparés avec les co-présidents du groupe de Minsk de l’OSCE à Bruxelles et à Paris respectivement, au cours desquels des propositions détaillées sur ces deux points ont été présentées, à savoir la création d’un mécanisme d’enquête et d’élargissement de l’équipe d’Andrzej Kasprzyk, Représentant Personnel du Président en exercice de l’OSCE. La partie arménienne travaille sur ces deux propositions, conjointement avec les pays co-présidents du groupe de Minsk de l’OSCE. Malheureusement, nous pouvons dire que jusqu’à présent, l’Azerbaïdjan n’a montré aucune approche constructive pour résoudre la question. En réalité, jusqu’à présent, ils ont entravé le processus d’attribution du financement pour l’élargissement de l’équipe du Représentant Personnel du Président en exercice de l’OSCE dans le comité de l’OSCE sur les questions de financement et de budget.

Aujourd’hui, pendant l’entretien à Saint Petersbourg, les Présidents ont encore une fois insisté sur le fait que l’équipe devrait être élargie. Cela a été mentionné dans la Déclaration faite par les Présidents.

Nous parlons également de la création du mécanisme. Cette décision a été approuvée à Vienne et ce n’était pas la première fois. A au moins deux reprises, en 2011 et en 2012 à Sochi, les Présidents s’étaient mis d’accord sur la création d’un tel mécanisme. Et encore une fois nous avons assisté au même scénario : à chaque fois, l’Azerbaïdjan tente de faire marche arrière.

En effet, entre les réunions de Vienne et de Saint Petersbourg, l’Azerbaïdjan a fait des déclarations, je dirais, qui n’étaient pas très constructives ; vous savez très bien quelle sorte de déclarations on a entendu de Baku, car il faut tenir compte du fait qu’hier et aujourd’hui, présisément au moment ou le Sommet est en cours, l’Azerbaïdjan organise des exercices militaires de grande envergure, faisant intervenir 25 000 soldats, armes lourdes et armements. Je ne considère pas cela comme une attitude constructive à avoir avant et pendant le sommet.

Outre ce fait, je peux dire que l’entretien d’aujourd’hui était assez utile, et je pourrais dire avec une certaine prudence, qu’il s’est opéré dans une atmosphère constructive.
Concernant certaines questions, les Présidents sont parvenus à une entente, selon laquelle si un accord est conclu entre eux, cela créera l’opportunité de faire avancer le processus de négociation en vue de la résolution du problème. La Déclaration faite par les Présidents sur les conclusions du Sommet de Saint Petersbourg stipule cela également.

Il a été convenu que les rencontres présidentielles et ministérielles continueront, et que le processus se poursuivra dans le cadre de la co-présidence du groupe de Minsk de l’OSCE. Ce n’était pas une coincidence si les ambassadeurs des pays co-présidents du groupe de Minsk de l’OSCE ont été invités à prendre part à la fin de la rencontre présidentielle.

Le Président de la République d’Arménie a eu un entretien privé avec les co-présidents et a présenté nos impressions sur les conclusions du Sommet.

|